Moi, une Potterhead ? 

Oui (un peu) puisque à la simple lecture du nom du patron je me suis dit, il me les faut ! Je ne suis pas fétichiste de la chaussette par contre l'envie furieuse m'a pris en voyant les tricopines enchainés les paires les unes après les autres. Mais qu'y a-t-il de si fantastique dans le faite de tricoter des chaussettes ? Avec beaucoup d' idées préconçues sur cet accessoire, je m'imaginais que ses petites pièces aux tricots relèvent de la science. Eh bien, non !  

Quand on a envie de se lancer, choisir un patron, une qualité de laine ou appréhender les techniques qui sont propres à ce format, ce n'est pas une mince affaire, du moins c'est ce que beaucoup pense. Je ne me suis pas embarqué dans ce projet sans de nombreuses recherches au préalable et les podcasts créatifs que je visionne sont une source d'inspiration et de découverte. C'est réconfortant de savoir qu'un modèle est déjà passé sur les aiguilles d'une tricoteuse puisque les conseils et les petites astuces sont en règle générale partagée.

Les chaussettes d'Hermione sont le bon modèle pour s'initier et le nombre incalculable de ce projet en cours sur Ravelry est impressionnant (plus de 15 000) ! Le patron est disponible sur la communauté en téléchargement gratuit, en cinqs langues (French, English, German, Swedish et Italian). Le modèle n'est pas proposé avec différentes tailles mais le résultat convient à toutes les circonférences de pieds et la longueur de la chaussette est modulable.

1- P8270399 (2)

2- P9110436 (2)

Le matériel :

Pour tricoter une chaussette, il faut un matériel approprié ! Le choix des aiguilles diffère d'une tricoteuse à l'autre, que l'on choisisse une paire d'aiguilles circulaires où des aiguilles doubles pointes cela relève d'une simple préférence personnelle. Je trouve comparable l'utilisation de ses deux outils. Dans le commerce il y a de nombreuses gammes de laines dédiées aux chaussettes et si j'avais un conseil à vous donner, plébisciter ses laines spéciales (type fingering-4 Ply) comportant 20% de nylon ou polyamide. 

Bien choisir sa laine est capitale, sans une qualité adaptée soit vous risquez de perdre vos chaussettes en route soit tout simplement d'être incapable de les enfiler. Pour ma première paire de chaussettes je ne voulais pas investir dans un écheveau hors de prix. La laine Holstgarn Highland superwash (80% mérino / 20% polyamide) a retenu mon attention pour son prix tout doux et ce malgré sa petite gamme de coloris unis. Elle est d'une douceur incroyable et la perspective qu'elle passe en machine est non négligeable.

La construction :

Le modèle se construit de haut en bas, c'est-à-dire de la cheville à la pointe et se tricote en rond. On débute le tricot avec des côtes 1/1 puis s'ensuit le motif qui est crée avec une répétition de mailles endroits et envers sur 4 rangs. Les 64 mailles de la chaussette sont réparties en deux sections, pour se repérer c'est très simple, le motif correspond au-dessus et le jersey au-dessous du pied. Selon son goût on peut adapter la hauteur de la chaussette, moi ce que j'aime ce sont les soquettes ! 

Jusque-là rien de bien compliquer mais la terreur de la chaussette comme beaucoup le savent, est le talon. Il en existe trois sortes, le talon renforcé (gusset + heel extension + heel flap), le talon en rangs raccourcis (ex: fish lips kiss heel) ou le talon tricoté après la chaussette (aftertought heel). Sur les chaussettes d'Hermione, le talon renforcé se tricote après la cheville et en trois parties (l'arrière du talon, le talon, le gousset) sur la moitié des mailles du dessous de pied.  Ensuite à la manière d'un chausson il faut relever les mailles le long du talon pour reprendre normalement le travail en rond et tricoter le gousset, le coup de pied puis terminer par la pointe.  

Les techniques :

Pour monter les mailles mieux vaut utiliser un montage élastique comme le long tail cast on, surtout si vous voulez être à l'aise au niveau de la cheville. Le magic loop est le meilleur allié quand on utilise des aiguilles circulaires, si la méthode ne vous est pas familière, pas de panique, au premier abord le geste peut paraître compliqué mais avec un peu de pratique tout devient plus fluide. Et les premiers rangs d'un tricot en magic loop sont toujours les plus difficiles ! 

La chaussette se termine avec la pointe, elle se forme avec des diminutions en début et fin de rangs, à répéter sur chaque aiguille. On vient ensuite fermer la chaussette avec une couture en grafting , beaucoup n'aime pas ce genre de finition mais moi j'ai trouvé ça plutôt simple et à porter il n'y a pas de gêne ou d'inconfort en bout de pied. En lisant ses lignes tout ça doit vous paraître bien compliqué mais je vous assure qu'il n'en est rien !

Ce genre de tricot est vraiment addictif, j'ai adoré confectionner mes chaussettes et découvrir les gestes et les étapes de construction. Et pour vous dire, une fois ma première soquette terminée, ma réaction n'a pas été celle à laquelle je m'attendais ! Entre soulagements et étonnement, je me suis fait la réflexion  << Mais tout ça pour ça ? Mais tricoter des chaussettes est un jeu d'enfant ! >>.  

Bon, le seul petit hic est que j'ai réalisé une taille 37 et que moi je chausse du 38 ! Tout ne peut pas être parfait à la première tentative, une petite couture à défaire et quelques rangs ajoutés arrangeront l'affaire ! Cette aventure n'est pas prête de s'arrêter là et je vous prépare des articles dédiés à l'art de la chaussette, avec des astuces et des sélections de patrons... 

                                                                                                                                         À suivre...

A- P9160565 (2)

A- P9110462 (2)

A- P9160578 (2)

A- P9110469

 

Modèle : Hermione's everyday socks by Erica Lueder .

Taille réalisée : taille 37.

Laine : Holstgarn Highland / x2 écheveaux coloris granite.

Aiguilles circluaires : n° 2,50 mm .