Comme promis me voilà de retour pour vous parler tricot, laine et chaussettes. Ses dernières semaines j'ai testé nombre de méthodes et je souhaitais partager avec vous mon expérience mais aussi mes déconvenues. Le second modèle de soquette que j'ai glissée sur mes aiguilles n'est pas issu d'un patron. Eh oui, j'ai osé me lancer à l'aveugle pour ma deuxième paire !

Enfin pas totalement puisque j'ai utilisé des techniques spécifiques à ce type d'accessoires comme le montage en toes-up et la méthode du talon Fish Lips Kiss Heel. Restez avec moi, tout va bien se passer !

L'envie de tricoter des chaussettes a débuté cet été. Avec beaucoup de sérieux, j'ai commencé à m'investir dans ce projet en achetant le matériel, en lisant des tonnes d'articles et en visionnant des vidéos techniques. Soyons honnêtes, tout ça, tourne à la lubie ! Je scrute la moindre laine à chaussettes mais mise à part ma boutique de référence, je ne connais pas beaucoup de qualité à un prix raisonnable...

1- chaussette

2- chaussette

Et on ne me dira pas que tout ne me pousse pas dans cette direction... 

Claire, responsable chez Tissus.net , m'a écrit dans l'espoir que nous puissions travailler ensemble. À ma grande surprise la mercerie a une gamme incroyable de laine à chaussette et nous avons échangé sur mes projets du moment. Elle m'a proposé de me faire découvrir la laine Régia de la marque Schachenmayr. D'ailleurs nous avons une petite surprise pour vous, alors restez connecté !

La composition de la laine Regia est parfaite pour tricoter des chaussettes avec 75% de laine vierge et 25% de polyamide. Cette qualité à quatre brins est retordue ce qui rend le travail agréable et promet de jolies mailles régulières. Son format est top, une grosse pelote de 100g et un métrage de 420 mètres. Un conditionnement qui permet de confectionner plusieurs soquettes ou une paire de chaussettes jusqu'à la taille 46. J'ai été étonné par sa douceur, une fois tricoté la laine à un petit côté gonflant et présage de tenir bien chaud, l'idéal pour des chaussettes d'hiver. C'est une belle découverte et le rapport qualité-prix est très intéressant ! 

Je me suis lancé avec une idée très précise de mes chaussettes, elles seraient rayées. Se mettre au défi est tout aussi passionnant, mon objectif pour ce projet était de tester des constructions comme les orteils ergonomiques, les rayures sans décalage, le talon fish lips kiss heel et le montage en toes-up. Eh oui, rien que ça ! Vous pouvez retrouver tous les détails sur mes chaussettes via mon profil Ravelry.

Le toes-up est une méthode de montage qui désigne une chaussette tricotée de bas en haut (des orteils à la cheville). Tricoter une chaussette en toes-up est une alternative intéressante car cela permet de n'avoir aucune couture sur la chaussette. Il existe plusieurs techniques pour débuter les orteils, le turkish cast-on ou le Judy's magic cast-on. La première est simple à appréhender, ce qui n'est pas le cas de la technique de Judy Becker qui demande un peu plus de dextérité mais avec un peu de pratique ...

Le Fish Lips Kiss Heel est une méthode pour tricoter le talon d'une chaussette, en utilisant les rangs raccourcis. Le talon F.L.K.H. a une forme particulière contrairement au talon renforcé qui est très arrondi et il ne faut donc pas le placer de la même manière.

3- chaussette

PA100315 (2)

À l'achat de la méthode du talon de Sox Therapist, j'ai reçu dans ma boîte mail un pavé de seize pages, in English please ! La technique pour réaliser le f.l.k.h. est expliquée de la pages 9 à 11, le reste de l'énnoncé peut être mis de côté et la créatrice propose des aides aux tricots avec des tutorielles vidéos et des visuels (p12 à p16).  Comme toujours j'ai besoin d'aller au fond des choses, ne pas survoler et avoir toutes les données mêmes celles qui paraissent inutiles. 

Pour ses raisons j'ai demandé à mon amie Corinne de m'éclairer sur le reste de la méthode (p1 à p8). Les premières pages expliquent comment créer un gabarit en carton de ses pieds puis comment bien placer son talon à l'aide d'une petite séance de math. Certaine trouve l'étape superflue et préfère vérifier leur chaussette directement sur leurs pieds mais ce n'est pas toujours efficace, mes cinq tentatives de talon en disent long. Bien sûr j'ai fabriqué un gabarit après coup ! Eh oui, sinon ce n'est pas drôle !

Cela m'a permis de comprendre le problème et de mieux ajuster mes chaussettes ! Le souci vient surtout des rangs raccourcis du talon qui utilise 33% des mailles (les mailles lors des rangs raccourcis sont divisé en trois parties égales) et qui ne sont pas adapté à mon talon, ce qui crée un mini-bourlet. Avoir plus ou moins d'aisance n'y change rien et je n'ai pas le courage de revoir tout ça, surtout, je ne sais pas comment. Oui, c'est bien moi qui vous clamais haut et fort que tricoter des chaussettes "les doigts dans le nez" sauf que quand on est mal fichu du talon comme moi...

Ce petit défaut n'est pas flagrant et j'attends d'avoir porté mes chaussettes plusieurs fois pour avoir un avis éclairé sur le confort du talon mais on repassera pour le sur-mesure ! C'est la deuxième technique de talon que je teste et pour être honnête ma préférence va au talon renforcé. Les bords côtelés du haut de la chaussette sont une partie importante du tricot et le résultat doit être élastique. Tout se passe sur le dernier rang, le choix des côtes peut différer mais la chose primordiale est la tension que l'on va mettre en rabattant les mailles, je vous conseille vivement la méthode de Elizabeth Zimmerman qui est de loin la meilleure !

Voilà ma selection de tutos et techniques pour se lancer dans le tricot de chaussette en toes-up :

Alors, qu'est-ce que vous pensez de mon deuxième essai ? Moi je les adore !

6- chaussette

5- chaussette

8- chaussette

7- chaussette

 

Taille réalisée : taille 38.

Laine : x1 pelote Regia uni 4 fils 100g Schachenmayr coloris 4162 et x1 pelote coloris 1991.

 Aiguilles circluaires : n° 2,50 mm .